Togo 17 octobre 2013
Bolivie 2009
2004 : Sénat Junior à Paris
"Notre bonheur est le bonheur de notre famille"

Du 14 au 18 octobre 2009, des enfants d’Argentine, de Bolivie, du Brésil, de l’Equateur, du Salvador, du Gatemala et du Pérou se sont rencontrés pour se connaître, parler des droits de l’enfant, danser, chanter et se faire des amis. Ils ont aussi rencontré M. Evo Morales, le président du pays. Clique ici pour en savoir plus.

Pour préparer cette rencontre, ils ont écrit des messages sur les droits de l’enfant, ont réalisé des Dazibaos et des véhicules de l’amitié pour les offrir aux enfants des autres pays.

Les enfants français et boliviens ont joué ensemble à la zampoña, une flûte de Pan.

Ils ont apporté leurs robes traditionnelles pour les porter en soirée. Que c’est beau !

 

Message des enfants Tapori, de Cusco :

Chers amis de la Bolivie et du monde entier,

Nous tenons à dire que dans notre pays, il y a beaucoup d’enfants qui ne vont pas à l’école parce qu’ils n’ont pas leurs parents, parce qu’ils n’ont pas d’argent ou parce qu’ils vivent avec d’autres personnes qui travaillent et qui ne les laissent pas étudier. Cette réalité est très triste. Nous souhaitons que tous les enfants puissent être heureux avec leur famille, qu’ils aient une maison et l’opportunité d’aller à l’école pour apprendre à lire et à écrire.

Pour nous, Tapori et les bibliothèques de rue sont très importants parce que nous rencontrons des amis, nous lisons, nous faisons de l’artisanat et nous apprenons ensemble à nous respecter et à être solidaires.

Nous espérons que les autres enfants obligés de vivre dans la rue puissent connaître les bibliothèques de rue comme nous, pour rencontrer des amis , ne pas partager seuls leurs tristesses, leurs joies et leurs découvertes.

Nous vous demandons :

* De ne discriminer personne * D’enseigner les droits à tous les enfants du monde pour qu’ils puissent se défendre. * D’avoir le droit à une famille * De se sentir heureux d’apprendre aux autres * De partager les bonnes choses et pas les mauvaises. * De tous se respecter, qu’importent l’argent, la couleur et la langue.

Les enfants de Cusco, au Pérou, souhaitent envoyer un bisou à tous les enfants du monde.